Michel GIGUÈRE

  Michel GIGUÈRE

Galerie (Cliquez sur les images pour visionner)

Biographie

Coordonnées :

Téléphone : 418-683-6577
Courriel : micgigue@videotron.ca

 

Michel Giguère est né  à St-Raymond de Portneuf en 1944.

Il a travaillé  comme réalisateur de télévision éducative à l’Université Laval jusqu’en 1999.

Sa formation artistique comprend des études en dessin à l’École des Beaux-Arts de Québec (1965-66), l’apprentissage de la poterie-céramique à la Boutique d’Argile (1969-72), techniques et pratique de l’aquarelle avec plusieurs professeurs dont Olivier Toupin, Jacques Hébert et Carlton Plummer aux États-Unis (1984-88), calligraphie chinoise avec Mme Okata, recherche et interprétatioin avec modèles aux Ateliers Imagine avec Jocelyne Duchesne (1989-91), et enfin, baccalauréat en arts plastiques à l’Université Laval (1992-95). Il a  participé pendant plusieurs années aux ateliers libres de dessin avec modèles à l’École des Arts Visuels. Il fait du paysage avec médiums mixtes in situ, et de la sculpture céramique à Tewkesbury.


*******

“Et plus inexprimables que tout sont les oeuvres d’art, ces êtres secrets dont la vie ne finit pas et que côtoie la nôtre qui passe (...) Les oeuvres d’art sont d’une infinie solitude. Seul l’amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles.” (R.-M. Rilke, Lettres à un jeune poète)

La pratique intensive de l’aquarelle lui a donné cette passion pour la transparence, la lumière, le mouvement et l’eau toujours présente. Et le corps en marche, en changement l’intéresse depuis longtemps. Corps au bord de la transformation. Corps qui se déploie et parle.  Corps en gloire qui s’échappe du papier, du tableau ou de la terre.

En art on continue. C’est une démarche qui l’amène de plus en plus près de lui-même, dans ce qu’il est et n’est pas. Il continue dans une oeuvre qui s’offre avec réticence. Solidité et fragilité de l’être aussi. Sensualité. Fragilité des corps palpables et de ce qui s’en dégage. Sensibilité de la surface.

Il travaille beaucoup à partir de ce qu’il a recueilli en atelier avec modèle vivant .À l’extérieur il s’inspire du rocher et de l’eau.  Il s’agit surtout de gouaches et médiums secs marouflés sur toile, ainsi que d’encres développées à partir de ses croquis. Ce sont souvent de petits formats. Il expérimente avec différentes surfaces, papiers, tissus, etc.

Sa recherche porte aussi sur les liens de signification et de forme entre les éléments naturels, pierre, écorce, eau et le corps humain. Volumes, lignes, fissures et textures se confondent. Le corps qu’il dessine ou façonne s’épure de plus en plus. L’expérimentation avec des papiers asiatiques et l’encre par exemple, donne des images dépouillées. La ligne et ses subtilités, la spontanéité du geste sont essentielles pour lui. De même l’eau et les traces de son passage sur la surface. Il explore aussi l’insertion du texte dans une oeuvre picturale, comme dans la série Volo.

De retour de Taormina et Cefalù, Sicile, en 2009, il a travaillé à partir d’éléments évocateurs : couleurs récoltées sur les vieux murs, lignes  des ruines gréco-romaines, graffitis et mots d’amour, photos de nus faites là-bas vers 1900. Chaleur des murs et du pays. (série Taormina)

La suite Taormina intègre des éléments architecturaux et des photos anciennes alors que les oeuvres de Teatro Antico reposent sur le carré et rassemblent images, portions de texte et sculptures de céramique sur le thème de la ruine. Les encres sur Fabriano de Paysages du coeur sont des paysages inventés l’été au fil de l’eau et des lieux qu’il aime.

La sculpture céramique occupe de plus en plus de place dans sa création. Le travail de la terre et du feu le fascinent depuis longtemps. Les constructions de la série Torre et les énigmatiques personnages de la série Pellegrino, cuits selon la technique raku, faisaient partie d’un solo présenté en août 2013. Elles étaient présentes au One of a kind  à Toronto en 2013 aussi. En sculpture il développe d'autres séries : Cavallo, Nudo, Corpo et Nettuno.

Il a été artiste permanent de la galerie L’espace contemporain de Québec en 2014. En juin 2015 et 2016 il a participé aux Rendez-vous en art à l’Académie à Inverness.

Michel Giguère

juin 2016

 

Exposition



Expositions individuelles

2013
Solo Michel Giguère, L’Espace contemporain galerie d’art, Québec

2008
Auberge La Bastide, Saint-Raymond

Expositions collectives

2016
Art et papier, L'espace contemporain galerie d'art, Québec
Rendez-vous en art, l'Académie, Inverness

2015
Miniatures, biennale, L'espace contemporain galerie d'art, Québec
Le nu, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Rendez-vous en art à l’Académie, Inverness

2014
Oeuvres choisies, L'espace contemporain galerie d'art, Québec
L’estivale 2014, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Voir et percevoir II, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Les corps parlent, L’Espace contemporain galerie d’art, Québec

2012
Petits formats pour Noël, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Oeuvres sur papier, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Mots d’artistes, L’espace contemporain galerie d’art, Québec

2011
Miniatures, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Avec des mots, L’espace contemporain galerie d’art, Montréal

2010
Collages, L’espace contemporain galerie d’art, Québec

2009?
Composer avec la nature, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Mise à nu, L’espace contemporain galerie d’art, Québec

2008
Dessins, L’espace contemporain galerie d’art, Québec
Les états du corps, L’espace contemporain galerie d’art, Québec

Collections

Université Laval (Québec)
Mirabeau (France)
Ville de Québec (Charlesbourg)

Publications

Cinq nus à la gouache font partie du livre “Éléonore, Éléonore” de Lorraine Pomminville, publié en 1996 au Loup de Gouttière